Angola - la « Copperbelt » région d’Afrique centrale riche en cuivre s’étend également en Angola

Brève

  • Date : 15/02/2017
  • Source : Novo Jornal, Angop
  • Contact : Bureau Business France de Luanda

Résumé

La « Copperbelt », région d’Afrique centrale couvrant une partie de la République Démocratique du Congo et de la Zambie, s’étend également en Angola. Selon des résultats partiels du Plan National de Géologie (PLANAGEO), études des sols menés par trois entreprises dans trois zones géographiques couvrant entièrement le territoire angolais (les chinois de CITIC pour la partie nord, les luso-espagnols d’Impulso pour le sud et les brésiliens de Brasil Negocios pour l’est du pays), un tiers du Copperbelt, soit environ 100 000 km², se trouverait en zone angolaise.
Lors de l’Angola Business Forum, qui se tenait le deuxième jour du salon Indaba Mining qui a eu lieu du 6 au 8 février en Afrique du Sud, le ministre de la Géologie et des Mines angolais, Francisco Queiroz, a estimé que les prochaines études du Planageo, qui doit rendre ses conclusions définitives en 2018, permettront aux investisseurs d’avoir une vision plus claire des enjeux et du potentiel de l’Angola dans le secteur minier.
La réforme du code minier en 2011 a rendu plus attractif une industrie dont les responsables souhaitent faire une alternative à l’industrie pétrolière, dans le cadre de la diversification économique, sérieusement accélérée depuis la chute des prix du pétrole. Il reste cependant beaucoup à faire dans un pays où aucune exploitation de grande envergure n’est faite en dehors du secteur du diamant. M. Queiroz a souligné le potentiel angolais dans la production de fer, de cuivre, de manganèse et d’or plus particulièrement, et également dans la production de diamants.
Au début du mois de février, M. Queiroz a indiqué que malgré les difficultés économiques du pays, le Planageo sera mené à son terme : 470 cartes géologiques devraient aboutir de cette étude en 2018.