Angola : Premier producteur africain de pétrole en 2016

Brève

  • Date : 09/01/2017
  • Source : Allafrica
  • Contact : Bureau Business France de Luanda

Résumé

Si l’année 2016 a été marquée par des prix du pétrole très volatiles et en moyenne bien en-dessous des années précédentes, et donc par des recettes plus limitées pour l’Etat, l’Angola est devenu le premier pays producteur de pétrole en Afrique, passant devant le Nigéria.
Profitant de l’instabilité dans la zone du Delta du Niger, où se situe l’essentiel de la production nigériane, l’Angola a su maintenir sa production à des niveaux supérieurs, atteignant une moyenne quotidienne de 1,775 million de barils (contre 1,468 million de barils par jour pour le Nigéria).
Malgré cela, les recettes, directement liées à la faiblesse observée des prix du pétrole sur les marchés internationaux, ont fortement diminué : Sonangol, l’entreprise publique d’Etat, ne fournira aucun dividende à l’Etat. Dans une récente interview accordée au Financial Times, Isabel dos Santos, à la tête de l’entreprise depuis juin 2016, souhaite restructurer les finances et la comptabilité de l’entreprise, l’objectif étant de faire de Sonangol une entreprise « très rentable », notamment en retransférant les activités de « service publique » comme la construction de logements sociaux vers l’Etat.
La réduction des coûts passe également par la renégociation de certains contrats et par l’ouverture à la concurrence pour certains contrats : Trafigura, qui historiquement importait pour l’Angola des produits pétroliers de manière exclusive, a perdu son monopole. L’ouverture à la concurrence dans ce secteur peut profiter au hollandais Vitol.
La dette de la Sonangol est passée de 13,6 Mds USD à 9,8 Mds USD : dos Santos vise à atteindre 8 Mds l’année prochaine. A plus long-terme, elle souhaite introduire une culture du résultat et de la responsabilité au sein du géant pétrolier à tous les niveaux.