Argentine : Le pays convoque un Mini Davos pour attirer les investisseurs

Brève

  • Date : 15/09/2016
  • Source : La Nacion
  • Contact : Bureau Business France de BUENOS AIRES

Résumé

L'Argentine, en récession, a besoin d'investissements pour se relancer et rassemble depuis mardi, à Buenos Aires, des centaines de dirigeants de multinationales pour les convaincre de miser sur la 3e économie d'Amérique latine. Pendant l'administration de Nestor et Cristina Kirchner, de 2003 à 2015, Buenos Aires a nationalisé, parfois brutalement dans le cas de la compagnie pétrolière YPF (ex-Repsol), refusé de rembourser des fonds spéculatifs détenteurs de la dette argentine, s'attirant la méfiance des marchés et un règlement coûteux.

Aujourd'hui, assure le président de l'Agence pour les investissements et le commerce international Juan Procaccini, "l'Argentine a définitivement changé. Nous n'allons pas revenir en arrière". "Il y a des opportunités dans tous les secteurs, car nous sortons d'une période sans investissements", plaide le patron de l'agence gouvernementale. Depuis le début de l'année, les annonces de nouveaux investissements atteignent 33 milliards de dollars, soit l'équivalent des réserves de devises du pays sud-américain.Le gouvernement de Mauricio Macri attend de nouvelles annonces durant le Forum d'affaires et d'investissements (Argentina Business & Investment Forum), du 13 au 15 septembre à Buenos Aires. Coca Cola, BP, Siemens, Dow Chemical, Louis-Dreyfus Commodities envoient leur PDG dans la capitale argentine. Au total, il y aura plus de 1.000 émissaires de sociétés étrangères. Le gouvernement au complet et les gouverneurs provinciaux sont au garde à vous pour les accueillir et répondre à leurs préoccupations. Les patrons de sociétés argentines sont prêts à s'associer avec eux, dans un pays où il n'est pas superflu de s'appuyer sur un acteur local. Quarante entreprises françaises, dont Airbus, Axa, BNP, Poma, le Port du Havre, participent au Forum, organisé par Richard Attias.