L'agenda de Business France


     fiches export
Voir aussi

Cuba : Projet international pour le développement de l’élevage de porcs
Cuba veut développer ses activités d’élevage, de production et de transformation de porc. ...
En savoir plus

Cuba : Des opportunités sur le marché du porc
Cuba évolue lentement et le pays offre de vastes opportunités dans l’industrie locale du p...
En savoir plus

Mission d'entreprises françaises du secteur des équipements Process et Emballage à Cuba

Salon ou rencontre B to B

En savoir plus :

Résumé

Quels sont les besoins en matériels et équipements pour l’agriculture et l’agro-industrie à Cuba ?

L'ADEPTA organise une mission de prospection à Cuba pour les entreprises françaises, fournisseurs de d'agroéquipents . L’AFD vient d’ouvrir un bureau à Cuba et cofinancera un projet dans le secteur de l’élevage, incluant notamment des achats d’équipements. Ce projet pilote pourrait permettre à terme d’ouvrir la voie à de nouvelles orientations dans ce secteur.

Une extension à Saint Domingue est prévue afin d’organiser un colloque technique, des visites et des réunions d’affaires B2B.

Cette opération collective, inscrite au Programme France Export, bénéficie du soutien financier du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Elle permet de mettre en contact exportateurs français et importateurs ou distributeurs locaux. Pour toute information complémentaire, contactez l'opérateur.

Le savez-vous ? - L’agriculture cubaine souffre d’un manque d’équipements en matière de mécanisation (les tracteurs ont une moyenne d’âge de 30 ans), systèmes d’irrigation (seules 16% des terres cultivées sont équipés ce qui explique la lourde facture d’importation de céréales : blé, riz, maïs et soja pour le fourrage animale) et des équipements pour la transformation alimentaire.
Dans le cadre de la rénovation du modèle économique socialiste actuel à Cuba, l’agriculture et l’alimentation figurent parmi les premiers secteurs prioritaires. Il reste encore des rigidités dans ces secteurs due aux contrôles de l’Etat sur la propriété de la terre et des moyens de production, au monopole que détient l’Etat pour la fourniture des intrants, l’absence de logistique adéquate et pour l’achat de la production. 70% de la surface agricole du pays est encore administré par le secteur public et 30% par le secteur privé. Cependant, les structures privées assurent environ 70% des récoltes nationales.