Pays-Bas - La formation du prix du vin par les importateurs Néerlandais

Brève

  • Date : 06/08/2018
  • Source : Business France
  • Contact : Bureau Business France d'AMSTERDAM

Résumé

Les vignerons français reprochent souvent aux importateurs Néerlandais d’être « durs » dans la négociation des prix. Nous avons donc passé en revue avec eux les principaux facteurs qui interviennent dans la formation du prix du vin sur un marché concurrentiel comme celui des Pays-Bas.
Comme le producteur, l’importateur doit positionner les vins qu’il importe sur un marché fort concurrentiel et le prix est un important argument commercial.
Le facteur déterminant est le prix d’achat des vins qu’ils importent c’est-à-dire le prix « départ cave » qui dépend bien entendu du type de vin, de sa réputation et surtout de celle de son élaborateur, de sa rareté ainsi que de la demande. Les petits rendements « font monter les prix », ce que les importateurs comprennent, de même qu’ils acceptent une montée des prix d’un millésime difficile causé par des intempéries. Ils comprennent que les vignerons ont un métier à risque et qu’ils doivent pouvoir gagner leur vie.
Au prix “départ cave” s’ajoutent les frais de logistique qui varient en fonction de la distance et la durée du transport. Le transport d’une bouteille de vin du sud de la France aux Pays-Bas varie entre 50-60 cents par bouteille. Ensuite l’importateur doit tenir compte des frais d’accises qui s’élèvent à presque 0,80 EUR pour une bouteille de 0,75 centilitres. Dans la constitution du prix l’importateur compte aussi ses frais de déplacements sur les salons/foires et visites à ses fournisseurs, des frais de stockage, frais de démarchage et de promotion, l’envoi d’échantillons à ses (potentiels) clients et frais administratifs.
Bien entendu l’importateur, comme chaque commercial, fait de la marge car il ne travaille pas gratuitement.
Lorsque la bouteille arrive dans le circuit de distribution (retail ou horeca), le revendeur tout comme l’importateur est confronté à des frais de stockage et de promotion et il doit rémunérer ses forces de vente. Et surtout le distributeur doit tenir compte de la TVA qui s’élève à 21% aux Pays-Bas. Un vin de qualité vendu à 15 EUR n’est donc pas si cher, si l'on tient compte des frais de tva et des droits d’accises qui sont de plus de 3,25 EUR.